Vents Nomades

Tour de terre écologique, social et sportif

Nouvelles

El Guanaco

20h00, nous quittons El Chalten, Argentine. Un dernier regard par dessus nos epaules: les lumieres du soir illuminent le Fitz Roy qui domine la vallee. Cette montagne mythique a tete d'eguille est maintenant dans notre dos. La premiere fois que nous l'avions apercu ce fut un choc, au sommet d'un col, a travers les arbres de la foret, nous venions de quitter le chili via le lac O Higgins et son glacier. Deux jours de pedalage en sa compagnie. Un emerveillement!

Deja notre environnement a change, nous avons quitte les arbres et les petits ruisseaux, tout doucement s'installe la Pampa. El Calafate, dernier bol d'air des Andes et nous plongeons vers le Sud Est, de l'autre cote, l'Atlantique. Notre coeur se pince de tourner le dos aux montagnes enneigees, aux glaciers qui furent longtemps a nos cotes. La Pampa a un autre gout, venteux, froid, sec. Aucun arbre, pas de buissons, juste des choses rachitiques a quelques centimetres du sol. Curieusement c'est la que nous voyons le plus d'animaux, Guanaco, fourmilier, emeu, oiseaux divers...

Nos journees sont dictees par la rencontre avec des points d'eau, tous les 120 km a peu pres. Heureusement nous sommes au 57 degres Sud, il ne fait pas encore tres chaud, nos reserves secoulent doucement...Le vent nous l'avons dans le dos la majeure partie du temps, et cela aide! C'est quand meme monotone la Pampa, on se souvient des rencontres! Un super accueil dans une estancia au nord de Rio Gallegos, nous avons eu la douche chaude, un lit, un repas et petit dejeuner! Une course avec un troupeau de Guanaco, Ines et ses animaux a caleta Oliva et A Trelew, les bomberos et nos amis Cacho et Ruth les dresseurs de chevaux! On remonte toujours vers le Nord, le paysage a un peu change les buissons sont plus gros et il y a des fleurs! Les temperatures aussi, apres du 10 degres dans la journee au sud nous avons du 30 ici a Puerto Madryn!  La semaine qui vient on prends un lift pour Buenos Aires qui n'est plus qu' a 1200 km, nous allons y danser le tango!

 

Los gauchos en el viento

La nouvelle du jour est que pour la première fois de notre périple nous avons pousse Eole dans une descente entre Chile Chico et Mallin Grande le long du lac Carrera. Pas de problèmes mécaniques, la route était en bon état. Il s’agissait du vent, celui de face, terrible, des bourrasques a 140 km/h qui nous soufflait les graviers de la route nous faisant mal a nos jambes et nos visages. En 7 heures nous avons parcouru 54 km, plus épuises que jamais…

Toujours parcourant la région autour de notre nouveau projet avec le CIEP sur la culture équestre de la région Aysen. Nous revenions de 7 jours avec la famille Vogt, Poche (Jorge) et sa famille qui ont eu la curiosité de nous accueillir pour découvrir une nouvelle manière d’éduquer, de dresser les chevaux. La leur, la Criollo est dangereuse pour le cheval et le Jinete (le cavalier). Attraper un cheval au laceau, l’attacher au palenque (au pilonne) au milieu du coral, avec entraves et attendre ; puis le monter, le frapper jusqu'à qu’il se calme. Ainsi se passe le dressage des chevaux.

Ollivier a présente sa méthode avec un cheval sauvage de 2 ans, en 3 jours il a monte le cheval en toute confiance et sans problème sous les yeux ebaillis de la famille. Une semaine que nous avons passe a mangé beaucoup de viande, chaque jour un asado, nous avons également aide a la tonte des 1200 moutons. Une semaine passée toujours dans l’échange et la découverte d’une nouvelle culture, celle des gauchos.

Asado

Asado chilien traditionnel, c'est un truc d'hommes. Un agneau grille au feu de bois, sur un baton par petits bouts ou ecartele en deux. On coupe directement les morceaux de viande avec le couteau de gaucho que l'on garde toujours sur soi derriere le pantalon. Ensuite on boit le mate les mains pleines de graisse animale.

Nous avons fait un asado pour mon anniversaire, mes 27 ans je l'ai fete un couteau entre les dents...

Trois semaines que nous vivons avec Victor Leon, ses 32 chevaux, ses 4 chiens , ses moutons, ses chevres et ses vaches. Un hommes de 52 ans qui n'est pas du coin et qui a un passe pas commun. Il faudrait deux pages pour raconter son histoire. Un oeil en verre et un rire tres communicatif c'est un homme plein de surprises! Il nous a ouvert les portes de son ile et de sa petite cabane en bois pour que nous entreprenons ses chevaux semi sauvage en vue d'une cabalgatas, une randonnee a dos de cheval...Un cabalgatas pas comme les autres puisque nous collaborons avec le Centre de recherches sur les ecosystemes de Patagonie, le CIEP, sur un projet concernant la culture equestre chilienne et le "domptage rationnel" des chevaux. C'est a dire, pour ce dernier, un domptage doux base sur la confiance et le dialogue entre Hommes et Chevaux. Une methode qui ne convainc pas les locaux. 

Trois semaines a cheval en Patagonie, ne vous en faites  pas Eole n'est pas jaloux.

 

Extremes

La Patagonie est un pays d'extremes, la pluie engendre des inondations, le soleil brule, le vent souffle a decorner les boeufs, les volcans crachent des cendres et ravagent les cultures. Les Patagons, la vie sont de meme: extremes. Nos experiences nous apportees d'immenses joies comme des moments tres difficiles. La vie est difficile et les gens vivent au jour le jour, chaque instant est survie.

Nous avons entrepris, dresse 4 chevaux, nous en avons ferre 9, nous avons preparer une cabalgatas avec deux touristes belges. Trois semaines passees a aider et offrir ce que nous pouvions a ce Victor Leon. Il nous a laisse sur le bord de la route avec les touristes et est reparti avec l'argent et les chevaux. La main sur le couteau pour bien nous faire comprendre que la vie ici n'a pas de prix. "Cet homme n'est pas gaucho, il n'a pas de valeur" nous dit Pancho Malo, un tueur de Puma qui recupere les morceaux de nous.

La rumeur se repend comme poussee par le vent, ce voleur n'osera plus sortir de son ile d'ici un moment. Nous marchons de notre cote avec nos amis belges Julie et Amaury pour la Jineteada de Puerto Ibañez. Un rodeo bien typique de la region qui met en avant les valeurs "gaucho".

Aujourd'hui nous recuperons Eole pour continuer avec lui le projet de la culture equestre de la region Aysen. 3 semaines que nous ne l'avons pas monte, est il redevenu sauvage?

Huevos azules

Lorsqu'on écrit les nouvelles du jour, c'est un exercice de mémoire de ou des semaines passées. Des noms de lieu, des gens, de ce que l'on a mangé, expérimenté, vu. Les nouvelles du jour c'est ce que aujourd'hui je me souviens, et souvent après avoir cliqué sur "envoyé" d'autres choses me revienent en mémoire. Tant de chose à partager!

J'ouvre les yeux et essaye de me rappeler mes rêves que je pourrais par la suite partager avec Ollivier. le soleil illumine déjà la tente, il est temps de sortir. Au loin un coq chante, des chiens aboient, une voiture passe sur le chemin de pierre pas tres loin. Souvent nos camps sont pres de l'eau, d'un lac, d'une rivière.

On s'habille "en cycliste", la rosée du matin a miuillée notre tente, nous faisons sécher la bache du dessus au soleil. Pliage des duvets, des tapis sols, on prends un chai, avec du pain ou des céréales. Une heure et demie plus tard apres s'être levés nous reprenons la route. Souvent nous passons dire au revoir à nos hotes qui nous alouer un espace pour dormir. On prends du café et du pain, du miel ou de la confiture de cynerhodon qu'on adore! On récupère au passage les champignons tombés de l'arbre, digüene, que nous mangerons en omelette. A chaque virage le chemin nous offre une vue différente, volcan enneigé ou vallée cultivée, villages, troupeaux de chevaux, de vaches, de moutons ou de chèvres.

Sur les chemins que nous empreintons, les rares voitures nous klaxonnent, un signe de la main. On prends souvent le temps de discuter sur le chemin, avec les Mapuche, indigènes natifs du Chili. Ils ont des poules qui élèvent depuis des décennies, des poules qui font des oeufs bleus. Bleu comme le ciel du printemps!

Nous avons semer le riz à Parral avec notre ami Agustin, nous avons dormi chez des mormons incroyables, nous avons montés un col sans chemin en poussant et portant le vélo et la remorque a bout de bras, nous sommes baignés chaque soir dans un lac ou une rivière de montagne, Elsa a attrapé des puces dans son sac de couchage lorsque nous avons dormi chez un hote. Nous avons bu de l'engindado, un alcool de fuit tres fort. Partager deux jours de pédalage avec des globe trotteurs polonais et hollandais en lune de miel, Magada et Walter!